SCIENCES PO - Examen de Juin 2016

Jeanne De Vos
Quiz by , created about 1 year ago

ECGE BAC 1

47
0
0
Tags No tags specified
Jeanne De Vos
Created by Jeanne De Vos about 1 year ago
UNIT 1 DIGITAL MEDIA SECTORS AND AUDIENCES
carolyn ebanks
The Cold War: An Overview
Andrea Leyden
Variation and evolution Quiz
James Edwards22201
GCSE Maths: Understanding Pythagoras' Theorem
Micheal Heffernan
Rossetti Links
Mrs Peacock
C2 - Formulae to learn
Tech Wilkinson
CHEMISTRY C1 5
x_clairey_x
Economics
Emily Fenton
Frankenstein by Mary Shelley
nina.stuer14
A2 Organic Chemistry - Reactions
yannycollins

Question 1

Question
Parmi les propositions suivantes à propos des parlements et des gouvernements, laquelle/lesquelles est/sont correcte(s) ?
Answer
  • Dans les démocraties occidentales, les ministres doivent être parlementaires avant de devenir ministres.
  • Les séances plénières du Parlement réunissent uniquement les présidents des différentes commissions.
  • Dans les pays qui connaissent un système électoral proportionnel, il est rare que les gouvernements soient composés par des membres issus d'un seul parti politique.
  • Les trois réponses proposées sont correctes.
  • Aucune réponse proposée n'est correcte.

Question 2

Question
A quel(s) phénomène(s) renvoie la notion de politisation ?
Answer
  • L'utilisation d'idées pour présenter une vision de ce qu'est et devrait être la société.
  • La régulation collective, par le système politique, d'un problème public.
  • L'extension du pouvoir des Etats sur leur population et leur territoire.
  • Les trois réponses proposées sont correctes.
  • Aucune réponse proposée n'est correcte.

Question 3

Question
Le tableau suivant reprend les pourcentages de personnes qui iraient encore toujours voter, généralement, de temps en temps et plus jamais voter. A la lecture de ce tableau, quelle est la réponse exacte sur la sociologie des personnes qui seraient le plus à même de s'abstenir de voter si le vote n'était plus obligatoire en Belgique et qui confirmerait ce qui a été observé dans les pays où le vote n'est pas obligatoire ? (NB : le cumul des % ne fait pas 100 % pour chaque colonne, car seules certaines catégories de réponses ont été reprises).
Answer
  • Les personnes ayant obtenu un diplôme primaire ou n'ayant pas de diplôme du tout sont ceux qui présentent le plus grand pourcentage de s'abstenir (= choisir la réponse "plus jamais").
  • Les personnes ayant obtenu un diplôme universitaire sont ceux qui présentent le plus grand pourcentage de s'abstenir (= choisir la réponse "plus jamais").
  • Les personnes ayant obtenu un diplôme universitaire sont ceux qui présentent le plus grand pourcentage de continuer à toujours voter.
  • Les personnes ayant obtenu un diplôme secondaire sont ceux qui présentent le plus grand pourcentage de continuer à généralement voter.
  • Les personnes ayant obtenu un diplôme universitaire sont ceux qui présentent le plus grand pourcentage de continuer à généralement voter.

Question 4

Question
La science politique propose une typologie pour classer les différents types de rapports que l'Etat et les groupes d'intérêt entretiennent. Parmi les idéaux-types proposés, le modèle pluraliste repose sur le fait que :
Answer
  • Les groupes d'intérêt sont représentés au sein de la structure étatique et se partagent le monopole de la représentation des intérêts dans des domaines spécifiques.
  • Les groupes d'intérêt sont fragmentés, recourant à la conflictualité et à la mobilisation sociale, et l'Etat revendique une indépendance à leur égard dans les processus de décision publique.
  • Les groupes d'intérêt sont organisés en un nombre limité de catégories hiérarchiquement et fonctionnellement différenciées, permettant une forte compétition régulée par l'Etat.
  • Les groupes d'intérêt entrent en compétition, la somme de leurs interactions produisant la décision, et l'Etat étant un régulateur de la concurrence entre les groupes d'intérêt.
  • Aucune réponse proposée n'est correcte.

Question 5

Question
La démocratie chrétienne est incarnée par :
Answer
  • Des partis de droite promouvant une liberté totale de l'économie.
  • Des partis de gauche en faveur d'une collectivisation des outils économiques.
  • Des partis se qualifiant de "populistes" souhaitant mettre fin au monopole des syndicats dans la représentation des travailleurs.
  • Les trois réponses proposées sont correctes.
  • Aucune réponse proposée n'est correcte.

Question 6

Question
L'Athènes antique, particulièrement sous le règne de Périclès, est souvent considérée, encore aujourd'hui, comme le berceau de la démocratie moderne. Cela s'explique par le mode de fonctionnement de cette démocratie athénienne. Parmi les énoncés ci-dessous, le(s)quel(s) est/sont correct(s) et contribue(nt) ainsi à la réputation de la démocratie athénienne antique ?
Answer
  • Les postes, dans tous les domaines, étaient pourvus par un procédé de tirage au sort.
  • L'assemblée des citoyens appelée Ecclésia adoptait des décisions par un vote des citoyens, à main levée et à la majorité des voix exprimées.
  • La longue durée et le nombre élevé des mandats exercés permettaient une professionnalisation des citoyens.
  • Les trois réponses proposées sont correctes.
  • Aucune réponse proposée n'est correcte.

Question 7

Question
Les schémas ci-après représentent les différentes catégories d'organisation interne de l'Etat que nous avons abordées au cours. Respectivement, quels schémas représentent d'abord la Belgique et ensuite la France ?
Answer
  • Le schéma 1 et le schéma 2.
  • Le schéma 3 et le schéma 5.
  • Le schéma 4 et le schéma 2.
  • Les trois réponses proposées sont correctes.
  • Aucune réponse proposée n'est correcte

Question 8

Question
Quel précurseur de la science politique est l'auteur de l'extrait suivant ? " L'homme est né libre et partout il est dans les fers (...) tant qu'un Peuple est contraint d'obéir et qu'il obéit, il fait bien : sitôt qu'il peut secouer le joug et qu'il le secoue, il fait encore mieux, car recouvrant sa liberté par le même droit qui la lui ravie, ou il est fondé à la reprendre, ou l'on ne l'était pas à la lui ôter. Mais l'ordre social est un droit sacré, qui sert de base à tous les autres. Cependant, ce droit ne vient point de la nature : il est donc fondé sur des conventions."
Answer
  • Hobbes.
  • Machiavel.
  • Rousseau.
  • Weber.
  • Aucune réponse proposée n'est correcte.

Question 9

Question
Dans un entretien de recherche, une parlementaire explique que les citoyens doivent pouvoir s'exprimer par de multiples canaux et que ceux-ci sont tous complémentaires pour augmenter la qualité des décisions publiques. Elle fait référence à des processus standardisés : conseil consultatif des aînés, conseils consultatifs des jeunes, conseil supérieur de la santé, par exemple. Elle souligne que ces initiatives peuvent être bénéfiques pour renforcer la légitimité des décisions prises par les élus. En faveur de quel(s) modèle(s) de démocratie cette parlementaire plaide-t-elle ?
Answer
  • Démocratie directe.
  • Démocratie participative.
  • Démocratie technocratique.
  • Les trois réponses proposées sont correctes.
  • Aucune réponse proposée n'est correcte.

Question 10

Question
Quel(s) auteur(s) conçoit/conçoivent que le pouvoir est exercé par plusieurs acteurs dans nos sociétés contemporaines (polyarchie) ?
Answer
  • Weber.
  • Rousseau.
  • Dahl.
  • Les trois réponses proposées sont correctes.
  • Aucune réponse proposée n'est correcte.

Question 11

Question
Dans un article paru dans "Le Monde" du 4 décembre 2015, Martial Foucault et Brice Teinturier expliquent les facteurs déterminants du vote FN en France lors des dernières élections régionales. "Les attentats, les émotions et les électeurs. Le rôle des émotions en science politique n'est pas nouveau, mais peu étudié en France : le citoyen qui se rend aux urnes est-il un électeur raisonné, rationnel ou émotif ? Dans le cadre de l'enquête Cevipof-Ipsos Sopra Steria, nous avons pu interroger les Français sur leur état émotionnel à la veille du scrutin régional. Les attentats terroristes du 13 novembre nous donnaient la possibilité "expérimentale" de cartographier le registre des émotions ressenties par les Français face à un choc négatif violent. C'est la colère qui domine (pour 81 % d'entre eux), puis l'inquiétude et l'effroi (75 % et 71 %), l'amertume (63 %), le ressentiment (60 %), la haine (51 %) et enfin la peur (50 %). Les autres émotions proposées (fierté, espoir, enthousiasme) sont marginales. Ce qui frappe, c'est avant tout l'intensité de la réaction émotionnelle : sur une échelle de 0 à 10, la réponse maximale est systématiquement la plus élevée. Ainsi, 81 % des Français ont éprouvé de la colère dont 42 % extrêmement (note 10). Sociologiquement, le genre, habituellement peu discriminant, s'avère une variable pertinente, notamment sur les émotions subies, voire paralysantes comme l'effroi ou la peur : les femmes sont ainsi de 10 points environ plus nombreuses que les hommes à avoir ressenti de l'inquiétude, de l'effroi et de la peur. En revanche, elles ne se distinguent pas ou très peu des hommes sur la colère, la haine et le ressentiment. L'âge ou de la profession jouent peu, de même que l'opposition entre l'Ile-de-France et le reste du pays. La hiérarchie des émotions. Ces résultats confirment deux mécanismes cognitifs distincts : la colère (ou la haine) contribue à une polarisation des attitudes politiques : la peur (ou l'effroi) provoque une réaction plus mesurée où les individus cherchent avant tout à comprendre, à déchiffrer ce "nouveau" monde qui les entoure. Les conséquences sur le comportement électoral sont doubles : une mobilisation plus forte des personnes en colère, déterminées à éliminer de nouvelles menaces et une volatilité partisane plus forte parmi les personnes inquiètes, car leur état émotionnel bouleverse leurs croyances. Sur le plan politique, on observe un continuum émotionnel systématique et progressif entre les sympathisants de gauche, de droite et du Front national : 91 % des sympathisants FN ont éprouvé de la colère, dont 59 % extrêmement, soit 25 points de plus que les sympathisants de gauche et 17 points de plus que les sympathisants de droite. De même, 76 % des sympathisants FN ont éprouvé de la haine, dont 44 % extrêmement, soit 30 points de plus que les sympathisants de gauche et 23 points de plus que les sympathisants de droite. La hiérarchie des émotions diffère également au FN : la haine arrive en deuxième position, juste après la colère, si l'on prend en compte la réponse "extrêmement". Les sympathisants FN sont donc dans un registre beaucoup plus marqué d'émotions "actives" (colère, haine) là ou les autres oscillent davantage entre émotions actives et émotions subies (effroi, inquiétude, peur). On retrouve là une tradition féconde de l'analyse, qui avait tendance à être négligée, celle des tempéraments politiques et de leur force. Le déplacement à droite ou à l'extrême droite d'électeurs en colère, haineux vis-à-vis de la menace terroriste, illustre une demande d'action publique très forte en matière de sécurité et d'ordre. Or, l'enquête démontre clairement que le FN recueille un niveau élevé de crédibilité sur l'enjeu sécuritaire, devant Les Républicains et le Parti socialiste. Il serait faux de penser que la nature des émotions détermine mécaniquement un choix électoral. La relation est plus complexe, car elle dépend de l'intensité du choc et de la structuration de l'espace politique. Le phénomène le plus intéressent que nous observons est le rôle des émotions sur la mobilisation électorale. Parmi les personnes manifestant de la peur, seules 17 % déclarent être certaines d'aller voter le 6 décembre, contre 46 % pour celles en colère. Si la démocratie ne peut reposer sur le seul principe de l'électeur passionnel, c'est bien par le prisme des émotions que le citoyen fera usage de sa raison. A quel modèle électoral se réfèrent leurs interprétations ?
Answer
  • Le modèle de Columbia.
  • Le modèle économique/géographique.
  • Le modèle économique.
  • Le modèle de Michigan.
  • Aucune réponse proposée n'est correcte.

Question 12

Question
Voici une radiographie des finances des partis politiques en France publiée dans le journal "Le Monde" du 30 décembre 2011. "Le Parti socialiste est le plus richement doté, devant l'UMP. Sans surprise, c'est l'UMP qui a disposé, en 2010, avec plus de 33 millions d'euros, du plus important financement public, selon le dernier rapport de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP). La dotation étant calculée en fonction du résultat de chaque parti aux dernières élections législatives et du nombre de parlementaires affiliés, le parti présidentiel avait l'assurance d'une confortable rente jusqu'à la fin de la mandature. Toutefois, les revenus des partis proviennent aussi des cotisations des adhérents, des contributions des élus, de dons, et c'est le Parti socialiste qui a engrangé les plus importantes recettes, disposant d'un total de plus de 55 millions d'euros, alors que l'UMP en a empoché moins de 50 millions." Le PCF à la troisième place. "Les partis de gauche peuvent traditionnellement compter sur le soutien financier de leurs sympathisants et de leurs élus, alors que l'UMP compte davantage sur des appels de fonds", constate-t-on à la commission. De fait, les contributions des élus socialistes et communistes représentent plus de 15 millions d'euros de recettes annuelles pour chacun de leurs partis, soit 49,6 % de celles du PCF, troisième parti le plus riche avec 32 millions d'euros de recettes annuelles. Europe Ecologie-Les Verts doit à ses élus 23,5 % de ses recettes, soit plus de 2 millions d'euros, tandis que la contribution des élus UMP au financement de leur parti n'est que de 3,5 %. Les extrêmes, à droite et à gauche, comptent sur les cotisations de leurs adhérents pour alimenter leurs comptes. Les finances du NPA dépendent, à plus de 52 % (1.159.182 euros), de ses militants, 30 % au sein de LO, plus de 22 % au FN. Le Nouveau Centre, présidé par Hervé Morin, assure son financement par une association avec un parti polynésien. Fetia Api, grâce à un règlement applicable seulement en territoire d'outre-mer. Ce dispositif a assuré aux deux associés, en 2010, un total de plus de 1,4 million d'euros d'argent public, quasi intégralement transféré au Nouveau Centre. Pour légal qu'il soit, ce montage n'en contourne pas moins l'esprit de la loi. Sur la base de cet article, il est possible de qualifier la nature des partis politiques français du point de vue de la science politique. Parmi les propositions suivantes, laquelle/lesquelles est/sont correcte(s) ?
Answer
  • Le PS reste un parti de masse, car il peut compter sur le fort soutien financier de ses sympathisants.
  • L'UMP est un parti-cartel, car il est celui qui obtient le plus de financement public.
  • Europe Ecologie-Les Verts est un parti de cadre, car il doit 23,5 % de ses recettes à ses élus.
  • Les trois réponses proposées sont correctes.
  • Aucune réponse proposée n'est correcte.

Question 13

Question
Parmi les propositions suivantes relatives aux idéologies communistes et socialistes, laquelle/lesquelles est/sont correcte(s) ?
Answer
  • Le communisme et le socialisme postulent que l'égalité est une condition préalable à la liberté.
  • Selon Marx, le politique contribue à la superstructure qui vise à maintenir et reproduire la domination de la bourgeoisie sur le prolétariat.
  • Le socialisme souhaite une réforme de la démocratie libérale pour promouvoir les intérêts de la classe ouvrière.
  • Les trois réponses proposées sont correctes.
  • Aucune réponse proposée n'est correcte.

Question 14

Question
"La loi d'airain de l'oligarchie" dont parle R. Michels signifie :
Answer
  • Que, dans tout parti politique, une minorité dirige.
  • Que quelques partis politiques jouissent du pouvoir.
  • Que ce sont les riches qui dirigent un parti politique.
  • Les trois réponses proposées sont correctes.
  • Aucune réponse proposée n'est correcte.

Question 15

Question
Dans le journal "Le Monde" du 22 décembre 2015, une figure représentant la distribution des sièges à la Chambre des Députés en Espagne a été publiée. Sur la base de cette figure, le politiste G. Sartori estimerait que le système politique espagnol est passé d'un système bi-partisan à un système multipartisan. Parmi les propositions suivantes, quelle est celle qui serait mise en avant par ce politiste ?
Answer
  • Le passage du bi-partisme au multipartisme peut s'expliquer par le nombre de partis qui ont un "potentiel" de coalition.
  • Le passage du bi-partisme au multipartisme peut s'expliquer par le nombre de partis qui se présentent aux élections.
  • Le passage du bi-partisme au multipartisme peut s'expliquer par le nombre de partis qui ont plus de 5 % de voix aux élections.
  • Le passage du bi-partisme au multipartisme peut s'expliquer par le nombre de partis qui sont dirigés par un "leader" fort.
  • Aucune réponse proposée n'est correcte.

Question 16

Question
Sur la base de l'article paru le 2 janvier 2016 dans le journal "Le Monde", pourquoi peut-on affirmer que l'Etat Islamique (EI) est un Etat selon les critères donnés par Max Weber ? Choisissez l'affirmation qui vous permet de justifier cette affirmation. "La lente reconquête du territoire de l'EI. L'Etat Islamique pourrait désormais donner la priorité à un djihad global. En 2016, l'organisation Etat Islamique aura fort à faire pour respecter la double injonction dont elle a fait son slogan : baqiya wa tatarmadad ("durer et s'étendre"). La montée en puissance de la coalition antidjihadiste rassemblée par les Etats-Unis devrait se confirmer, et le mouvement d'érosion territoriale du "califat" engagé dans la seconde partie de l'année 2015, devrait se poursuivre. Gare cependant à tout triomphalisme. Ce qui attend l'EI, ce virus qui se nourrit du chaos proche-oriental, c'est davantage une mutation qu'une extinction. Le mouvement d'Abou Bakr Al-Baghdadi pourrait ressembler de moins en moins à un proto-Etat et de plus en plus à une mafia, avec des ramifications de plus en plus nombreuses et de plus en plus éloignées de son berceau syro-irakien. Durant l'année 2015, les forces antidjihadistes sont passées de la phase d'endiguement à la phase de refoulement. Obligés de renoncer à la conquête de Kobané, ville syrienne à la frontière turque, en janvier, du fait de la résistance opiniâtre des Kurdes et du pilonnage américain, les hommes au drapeau noir s'étaient vengés, au mois de mai, en s'emparant coup sur coup de Ramadi, en Irak, et de Palmyre, en Syrie. L'Histoire dira si cette époque a constitué le point culminant de la macabre utopie de l'Etat Islamique. Ce qui est certain, c'est que, depuis le mois de juin, le territoire contrôlé par ses miliciens s'est mis à fondre. A la parte de la localité syrienne de Tal Abyad, point de passage avec la Turquie, s'est ajoutée la reprise de trois villes irakiennes : Baiji, site de la plus grosse raffinerie du pays, Sinjar en lisière du Kurdistan et Ramadi, chef-lieu de la province sunnite de l'Anbar. Selon le think tank britannique IHS Lane's, le "califat" a perdu 14 % de sa superficie par rapport au début de l'année. Il s'étendrait aujourd'hui sur 78.000 km carré, soit la taille de la République tchèque. Ce mouvement est-il irréversible ? Nullement. Les désillusions américaines en Afghanistan obligent à la plus grande prudence. Dans les zones libérées, la reconstruction et la réconciliation entre les communautés constitueront une bataille aussi ardue que les combats eux-mêmes. Des contre-offensives ne sont pas à exclure, ici où là. On peut néanmoins s'attendre à ce que, dans les prochains mois, la tendance générale à la rétractation de l'EI, en tant qu'entité territoriale, se poursuive. Ressources pétrolières en baisse. La principale raison tient à l'adversité grandissante à laquelle il fait face. Les attentats de Paris et de Saint-Denis, le 13 novembre, ont accéléré la coordination antiterroriste en Europe. Après la France, qui a étendu à la Syrie le périmètre d'action de ses chasseurs-bombardiers jusqu'alors restreint à l'Irak, le Royaume-Uni a lui aussi autorisé ce type de raids. L'effet cumulé de ces frappes commence à se faire sentir, notamment sur les ressources pétrolières de l'EI, en voie de tarissement. La coordination entre l'aviation américaine et les forces kurdes sur le terrain progresse à petits pas, en dépit de la mauvaise volonté d'Ankara, qui s'inquiète de l'extension de la zone contrôlée par ses ennemis kurdes. Les Forces démocratiques syriennes, une coalition de troupes kurdo-arabes, ne sont plus qu'à une vingtaine de kilomètres de Rakka, le quartier général de l'EI en Syrie. En Irak, un prudent optimiste prévaut aussi. Requinquée par sa victoire à Ramadi, la première obtenue sans le concours des milices chiites, l'armée régulière dirige désormais ses canons vers Mossoul, l'autre capitale du "sunnistan" d'Al Baghdadi. La reprise d'un de ses bastions, voire des deux, est de l'ordre du possible au cours de l'année 2016. Ce processus de reconquête sera coûteux et laborieux parce qu'aucun des maux de la région, qui ont présidé à l'essor de l'EI n'a été soigné : ni la frustration politique des sunnites d'Irak et de Syrie, ni le sectarisme galopant, alimenté aussi bien par les religieux du Golfe que par les pouvoirs en place à Damas, à Bagdad ou à Téhéran, ni le conflit syrien, cette boîte de Pandore qui a permis au fléau djihadiste, en voie de résorption, en Irak à la fin de la décennie 2000, de renaître 3 ans plus tard, sous le label EI. L'intervention militaire de la Russie en Syrie, qui vise davantage les rebelles que les djihadistes et renforce le sentiment d'abandon des populations opposées au régime Assad, a encore accru l'attrait du nihilisme de l'EI. Et ce n'est pas la coalition antiterroriste annoncée par Riyad à la mi-décembre qui pourrait atténuer son pouvoir d'attraction. Prometteuse sur le papier, cette alliance semble condamnée à rester une coquille vide. Le lent démantèlement du "califat" risque aussi de se payer par un accroissement du terrorisme djihadiste au-delà de son "territoire". A mesure que son ancrage syro-irakien se dilue, l'EI va chercher à activer des cellules à l'étranger à augmenter l'activité de ses "provinces" dans le reste du monde arabe. Une stratégie d'exportation du conflit, déjà visible dans les attaques en France et l'attentat à la bombe contre un avion russe dans le Sinai. L''organisation djihadiste pourrait aussi tenter de se replier sur la région de Syrte, en Libye, où certains de ses responsables sont récemment arrivés, par voie de mer. En 2016, l'EI pourrait donc être forcé de donner la priorité à un djihad global, alors que, jusqu'ici, c'est le djihad local, la conquête d'un territoire, qui faisait sa spécificité. Faute de perspective pour son émirat, Al-Baghdadi (ou bien son successeur, car il n'est pas garanti qu'il parvienne à échapper une année encore à la traque de ses ennemis) pourrait se rabattre sur un modèle plus classique de nébuleuse semblable à celui d'Al-Qaida. Une organisation terroriste dotée de branches multiples, reliées entre elles non par un pouvoir central, mais par une idée, une obsession commune. Et aussi longtemps que la Syrie brûlera, cette idée sera vivante.
Answer
  • L'Etat islamique est un Etat, car il dispose d'un territoire.
  • L'Etat islamique est un Etat, car il gouverne une population.
  • L'Etat islamique est un Etat, car il dispose d'une administration.
  • Les trois affirmations proposées sont correctes.
  • Aucune réponse proposée n'est correcte.

Question 17

Question
En politique, on parle souvent de gauche et de droite. Parmi les propositions suivantes, laquelle/lesquelles est/sont correcte(s) ?
Answer
  • La gauche est en faveur uniquement de l'égalité "à l'arrivée".
  • La gauche et la droite sont en faveur de l'égalité "à l'arrivée".
  • La droite est uniquement en faveur de l'égalité "au départ".
  • Les trois réponses proposées sont correctes.
  • Aucune réponse proposée n'est correcte.

Question 18

Question
En science politique, la différence entre la notion de pouvoir et celle d'autorité est liée à la notion de :
Answer
  • Coercition.
  • Domination.
  • Légitimité.
  • Les trois réponses proposées sont correctes.
  • Aucune réponse proposée n'est correcte.

Question 19

Question
Max Weber a défini 3 grands idéaux-types de domination légitime, dont la domination rationnelle-légale et la domination charismatique. Laquelle/lesquelles de ces réponses est/sont exemplative(s) de la troisième forme de domination ?
Answer
  • Le pouvoir inopiné et via la force physique d'un groupe d'insurgés militaires.
  • L'autorité d'un président désigné selon des procédures établies.
  • La domination d'un chef de groupe parlementaire élu pour son aura.
  • Les trois réponses proposées sont correctes.
  • Aucune réponse proposée n'est correcte.

Question 20

Question
En Belgique, les ressortissants de l'Union européenne disposent du droit de vote aux élections communales pour autant qu'ils aient résidé au moins durant 5 ans sur le territoire national. Laquelle des affirmations suivantes est correcte dans le rapport entre la nationalité et la citoyenneté ?
Answer
  • Il existe des individus qui possèdent une nationalité sans pour autant pouvoir bénéficier de tous les droits octroyés par la citoyenneté.
  • Il existe des individus qui possèdent une citoyenneté sans que celle-ci ne soit liée à la nationalité du pays dans lequel ils résident.
  • Il existe des individus qui possèdent une résidence dans un autre pays sans pour autant pouvoir bénéficier de tous les droits octroyés par la citoyenneté.
  • Il existe des individus qui possèdent une citoyenneté et une nationalité dans un autre pays sans pour autant pouvoir bénéficier de tous les droits octroyés par la citoyenneté.
  • Aucune réponse proposée n'est correcte.

Question 21

Question
Ci-dessous sont repris quelques articles de la Constitution de la Confédération X. - Tâches des cantons : Les cantons définissent les tâches qu'ils accomplissent dans le cadre de leurs compétences. - Principes applicables lors de l'attribution et de l'accomplissement des tâches étatiques : La Confédération n'assume que les tâches qui excèdent les possibilités des cantons ou qui nécessitent la réglementation uniforme par la Confédération. Tout collectivité bénéficiant d'une prestation de l'Etat prend en charge les coûts de cette prestation. Toute collectivité qui prend en charge les coûts d'une prestation de l'Etat décide de cette prestation. Les prestations de base doivent être accessibles à tous dans une mesure comparable. Les tâches de l'Etat doivent être accomplies de manière rationnelle et adéquate. - Principes : La Confédération et les cantons s'entraident dans l'accomplissement de leurs tâches et collaborent entre eux. Ils se doivent respect et assistance. Ils s'accordent réciproquement l'entraide administrative et l'entraide judiciaire. Les différends entre les cantons ou entre les cantons et la Confédération sont, autant que possible, réglés par la négociation ou par la médiation. - Participation au processus de décision sur le plan fédéral : Les cantons participent (...) au processus de décision sur le plan fédéral, en particulier à l'élaboration de la législation. La Confédération informe les cantons de ses projets en temps utile et de manière détaillée, elle les consulte lorsque leurs intérêts sont touchés. - Autonomie des cantons : La Confédération respecte l'autonomie des cantons. Elle laisse aux cantons suffisamment de tâches propres et respecte leur autonomie d'organisation. Elle leur laisse des sources de financement suffisantes et contribue à ce qu'ils disposent des moyens financiers nécessaires pour accomplir leurs tâches. Les articles de la Constitution font état d'une Confédération. Si l'on analyse toutefois ces articles, il ressort que son mode d'organisation interne n'est pas celui d'une Confédération. Pourquoi ?
Answer
  • Parce que les différends entre les cantons ou entre les cantons et la Confédération sont, autant que possible, réglés par la négociation ou par la médiation.
  • Parce que les prestations de base doivent être accessibles de manière uniforme dans tous les cantons.
  • Parce que les cantons ne sont pas des entités indépendantes puisque c'est une Constitution et pas un traité international qui règle le mode d'organisation interne.
  • Les trois réponses proposées sont correctes.
  • Aucune réponse proposée n'est correcte.

Question 22

Question
Laquelle des fonctions suivantes n'est pas une fonction assumée par un Parlement ?
Answer
  • La fonction constituante.
  • La fonction législative.
  • La fonction de contrôle.
  • La fonction budgétaire.
  • La fonction de représentation.

Question 23

Question
Le journal "Le Soir" du mardi 5 janvier 2016 consacre un article à la Corée du Nord, à son dirigeant, et à l'essai nucléaire qu'il a décidé. "Le jeune Kim Jong-Un, dirigeant de l'unique dynastie communiste qu'est la Corée du Nord, s'est offert un essai de bombe à hydrogène pour son 33 ème anniversaire, une façon d'affirmer son autorité et de renforcer sa position vis-à-vis du reste du monde." Quel constat relatif au pouvoir tel qu'abordé par le MOOC est-il possible de poser ?
Answer
  • Le dirigeant nord-coréen recourt au hard power tel que défini par Joseph Nye.
  • Le dirigeant nord-coréen recourt au soft power tel que défini par Joseph Nye.
  • Le dirigeant nord-coréen exerce une autorité telle que définie par Robert Dahl.
  • Les trois réponses proposées sont correctes.
  • Aucune réponse proposée n'est correcte.

Question 24

Question
Sur la base des critères de Juan Linz qui permettent de différencier le régime politique totalitaire et le régime politique autoritaire, il est correct d'affirmer que :
Answer
  • La nature pluraliste du pouvoir autoritaire et son idéal progressiste sont plus forts que sa vision conservatrice de l'ordre social existant.
  • La répression physique dans un régime totalitaire ou autoritaire est plus forte que a manipulation des scrutins électoraux au point de rendre cette dernière inutile.
  • La place de l'idéologie et la mobilisation de la population sont plus fortes dans un régime totalitaire que dans un régime autoritaire.
  • Les trois réponses proposées sont correctes.
  • Aucune réponse proposée n'est correcte.

Question 25

Question
Les sondages d'opinion sont souvent utilisés en science politique, mais aussi par les médias. Ainsi, les médias publient régulièrement des baromètres politiques comme celui qui est présenté ci-dessous tiré du site Internet de la RTBF : "Baromètre RTBF-La Libre : le Vlaams Belang aspire des électeurs N-VA. Vous connaissez la question rituelle du baromètre RTBF-La Libre : "Si dans le mois qui vient, de nouvelles élections fédérales étaient organisées, pour quel parti parmi la liste suivante voterriez-vous ?". La question a été posée par Dedicated à 2811 électeurs belges, du jeudi 3 au lundi 7 décembre dernier, soit après le passage de la région de Bruxelles-Capitale en niveau 4 de menace terroriste, mais aussi, après le retour au niveau 3." Méthodologie : Ce sondage a été effectué par Internet, du jeudi 3 au lundi 7 décembre 2015, sur un échantillon strictement représentatif de 2.811 électeurs belges. Les enquêtes ont été réalisées dans chacune des 3 régions de Belgique : 990 en Flandre, 911 à Bruxelles (19 communes), 910 en Wallonie. La marge d'erreur maximale (c.-à-d. pour des fréquences observées proches de 50%) est de x 3,2% sur les échantillons de Wallonie, de Bruxelles et de Flandre de x 1,8% sur l'échantillon. Parmi les éléments suivants, quel est l'élément qui permet d'affirmer que la science politique est une science ?
Answer
  • Le sondage d'opinion prédit l'issue des élections, même s'il peut se tromper.
  • Le sondage d'opinion montre l'évolution des intentions de vote pour les partis dans le temps.
  • Le sondage d'opinion est accompagné d'une fiche technique qui explique la méthodologie.
  • Les trois réponses proposées sont correctes.
  • Aucune réponse proposée n'est correcte.

Question 26

Question
Dans son ouvrage intitulé "L'utopie ou la guerre", le professeur Jean Barrea écrit ceci : "Dans l'immédiate après-guerre, l'opposition culturelle à la guerre fut le fait, aux Etats-Unis, de diverses organisations axées sur la non-violence et l'objection de conscience ainsi que d'un pacifisme plus élitaire, lui-même subdivisé en deux branches. Tandis que les physiciens nucléaires s'organisèrent en vue du désarmement nucléaire, l'internationalisme institutionnel adoptait le "contre-programme" du gouvernement mondial." Quelle théorie des relations internationales est présente dans l'extrait ?
Answer
  • Le constructivisme.
  • Le réalisme.
  • Le libéralisme / interdépendance.
  • L'idéalisme.
  • Aucune des réponses proposées n'est correcte.

Question 27

Question
De quel type de définition du politique (le, la ou les) relèvent les extraits ci-dessous de la tribune d'Emmanuel Macron, ministre français de l'économie, publiée dans le journal Le Monde du 27 avril 2015 ? Pour M. Macron "il n'y aura pas de réindustrialisation française sans transformation du capitalisme français. Il n'y aura pas de renaissance de l'industrie dans notre pays sans financement adéquat. Il n'y aura pas de rebond industriel sans stratégie de long terme". Il distingue "trois leviers qui doivent être actionnés simultanément." - "Le premier, c'est d'inciter plus fortement les Français à investir dans nos entreprises. C'est pour cela que nous avons élargi le plan d'épargne en actions (PEA), créé le PEA-PME et que nous avons réformé l'assurance-vie en créant l'eurocroissance. C'est pour cela que le projet de loi que je porte facilitera le développement de l'actionnariat salarié (qui a montré son efficacité pour accompagner le développement ou protéger des attaques des groupes comme Eiffage ou Société Générale), et étendra l'épargne salariale aux petites et moyennes entreprises, tandis que des groupes comme Auchan ou Dassault en ont éprouvé l'efficacité. C'est également pour cela qu'il nous faut aller plus loin pour rendre la fiscalité des actionnaires individuels plus encourageante. L'actionnariat individuel est un élément de stabilité, comme le montre l'exemple d'Air Liquide. Faire des salariés et des épargnants français les détenteurs de notre capital productif est un défi urgent. - Le deuxième levier, c'est de remobiliser les investisseurs institutionnels pour le financement de notre économie. D'une part, en réorientant les fonds des caisses de retraites vers la détention d'actions françaises et en associant d'autres investisseurs à leur côté. C'est, d'autre part, le sens de la bataille que nous devons mener avec Michel Sapin pour faire évoluer la réglementation européenne "Solvency 2" : elle a rendu la détention d'actions trop coûteuse au regard de l'exigence prudentielle de niveau de fonds propres pour nos entreprises d'assurance. - Le troisième levier, c'est le long terme. C'est le vrai horizon de temps à l'aune duquel se jugent les succès ou les échecs, et particulièrement, en matière d'industrie. L'intérêt général économique nécessite par conséquent de favoriser les acteurs qui portent intrinsèquement une vision de long terme, les actionnaires familiaux, les actionnaires salariés, les actionnaires publics et les fonds longs (français, européens, et internationaux)."
Answer
  • Les politiques.
  • La politique.
  • Le politique.
  • Les trois réponses proposées sont correctes.
  • Aucune réponse proposée n'est correcte.

Question 28

Question
Nicolas Machiavel (1515) dans Le Prince et autres textes tient dans le chapitre "Comment les princes doivent tenir leur parole" les propos suivants : "Chacun comprend combien il est louable pour un prince d'être fidèle à sa parole et d'agir toujours franchement et sans artifice. De notre temps, néanmoins, nous avons vu de grandes choses exécutées par des princes qui faisaient peu de cas de cette fidélité et qui savaient en imposer aux hommes par la ruse. Nous avons vu ces princes l'emporter enfin sur ceux qui prenaient la loyauté pour base de toute leur conduite. On peut combattre de deux manières : ou avec les lois, ou avec la force. La première est propre à l'homme, la seconde est celle des bêtes, mais comme souvent, celle-là ne suffit point, on est, obligé de recourir à l'autre : il faut donc qu'un prince sache agir à propos, et en bête et en homme. C'est ce que les anciens écrivains ont enseigné allégoriquement, en racontant qu'Achille et plusieurs autres héros de l'Antiquité avaient été confiés au centaure Chiron, pour qu'il les nourrît et les élevât. Par là, en effet, et par cet instituteur moitié homme et moitié bête, ils ont voulu signifier qu'un prince doit avoir en quelque sorte ces deux natures, et que l'une a besoin d'être soutenue par l'autre. Le prince devant donc agir en bête, tâchera d'être tout à la fois renard et lion : car, s'il n'est que lion, il n'apercevra point les pièges, s'il n'est que renard, il ne se défendra point contre les loups, et il a également besoin d'être renard pour connaître les pièges, et lion pour épouvanter les loups. Ceux qui s'en tiennent tout simplement à être lions sont très malhabiles. Un prince bien avisé ne doit point accomplir sa promesse lorsque cet accomplissement lui serait nuisible, et que les raisons qui l'ont déterminé à promettre n'existent plus : tel est le précepte à donner. Il ne serait pas bon sans doute, si les hommes étaient tous gens de bien, mais comme ils sont méchants, et qu'assurément ils ne vous tiendraient point leur parole, pourquoi devriez-vous leur tenir la vôtre ? Et d'ailleurs, un prince peut-il manquer de raisons légitimes pour colorer l'inexécution de ce qu'il a promis ? Mais pour cela, ce qui est absolument nécessaire, c'est de savoir bien déguiser cette nature de renard, et de posséder parfaitement l'art et de simuler et de dissimuler. Les hommes sont si aveugles, si entraînés par le besoin du moment, qu'un trompeur trouve toujours quelqu'un qui se laisse tromper. Parmi les exemples récents, il en est un que je ne veux point passer sous silence. Alexandre VI ne fit jamais que tromper, il ne pensait pas à autre chose, et il en eut toujours l'occasion et le moyen. Il n'y eut jamais d'homme qui affirmât une chose avec plus d'assurance, qui appuyât sa parole sur plus de serments, et qui les tint avec moins de scrupule : ses tromperies cependant lui réussirent toujours, parce qu'il en connaissait parfaitement l'art. Ainsi donc, pour en revenir aux bonnes qualités énoncées ci-dessus, il n'est pas bien nécessaire qu'un prince les possède toutes : mais il l'est qu'il paraisse les avoir. J'ose même dire que s'il les avait effectivement, et s'il les montrait toujours dans sa conduite, elles pourraient lui nuire. Il lui est toujours bon, par exemple, de paraître clément, fidèle, humain, religieux, sincère : il l'est même d'être tout cela en réalité : mais il faut en même temps qu'il soit assez maître de lui pour pouvoir et savoir au besoin de montrer les qualités opposées. On doit bien comprendre qu'il n'est pas possible à un prince, et surtout à un prince nouveau, d'observer dans sa conduite tout ce qui fait que les hommes sont réputés gens de bien, et qu'il est souvent obligé, pour maintenir l'Etat, d'agir contre l'humanité, contre la charité, contre la religion même. Il faut donc qu'il ait l'esprit assez flexible pour se tourner à toutes choses, selon que le vent et les accidents de la fortune le commandent : il faut, comme je l'ai dit, que tant qu'il le peut, il ne s'écarte pas de la voie du bien, mais qu'au besoin il sache entrer dans celle du mal. On doit aussi prendre grand soin de ne pas laisser échapper une seule parole qui ne respire les cinq qualités que je viens de nommer, en sorte qu'à le voir et à l'entendre on le croie tout plein de douceur, de sincérité, d'humanité, d'honneur et principalement de religion, qui est encore ce dont il importe le plus d'avoir l'apparence : car les hommes, en général jugent plus par leurs yeux que par leurs main, tous étant à portée de voir, et peu de toucher. Tout le monde voit ce que vous paraissez : peu connaissent à fond ce que vous êtes, et ce petit nombre n'osera point s'opposer contre l'opinion de la majorité, soutenue encore par la majesté du pouvoir souverain. En surplus, dans les actions des hommes, et surtout des princes, qui ne peuvent être scrutées devant un tribunal, ce que l'on considère, c'est le résultat. Que le prince songe donc uniquement à conserver sa vie et son Etat : s'il y réussit, tous les moyens qu'il aura pris seront loués honorables et loués par tout le monde. Le vulgaire est toujours séduit par l'apparence et l'événement : et le vulgaire ne fait-il pas le monde ? Le petit nombre n'est écouté que lorsque le plus grand ne sait quel parti prendre ni sur quoi asseoir son jugement. Sur la base de cet extrait, laquelle/lesquelles des assertions suivantes est/sont correcte(s) ?
Answer
  • Le Prince ne doit pas être bon, car il a la fonction importante de diriger son peuple en fonction de vertus humanistes classiques.
  • Nicolas Machiavel montre au travers de ses écrits qu'il faut distinguer la vertu politique des vertus humanistes classiques.
  • Il est important pour Le Prince de montrer exclusivement une vertu politique et pas de vertus humanistes classiques.
  • Les trois réponses proposées sont correctes.
  • Aucune réponse proposée n'est correcte.

Question 29

Question
Dans l'actualité des derniers mois, le "groupe terroriste Etat islamique" a souvent fait la une des médias en raison de ses activités. La définition de Max Weber de la notion de "politique" semble pouvoir s'appliquer à cette situation. Quelle est la définition de "politique" selon Max Weber ?
Answer
  • Est "politique" tout groupement de domination dont les ordres sont exécutés sur un territoire donné par une organisation démocratique et qui dispose à cette fin du recours à la violence physique et/ou à la menace d'y recourir.
  • Est "politique" tout groupement de domination dont les ordres sont exécutés sur un territoire donné par une organisation étatique et qui dispose à cette fin du recours à la violence physique et/ou à la menace d'y recourir.
  • Est "politique" tout groupement de domination dont les ordres sont exécutés sur un territoire donné par une organisation parlementaire et qui dispose à cette fin du recours à la violence physique et/ou à la menace d'y recourir.
  • Est "politique" tout groupement de domination dont les ordres sont exécutés sur un territoire donné par une organisation politique et qui dispose à cette fin du recours à la violence physique et/ou à la menace d'y recourir.
  • Aucune réponse proposée n'est correcte.